Roberto Tagle

20200818_105653031_iOS
232952653_1214792995687080_5412645847265925524_n
20200925_154935497_iOS_edit_42657698159115
234709834_1214793042353742_6257343462665471783_n
20200911_220429767_iOS
QU4TRE2018-WEB-MarkoLiver-IMG_569400383.
QU4TRE2018-WEB-MarkoLiver-IMG_635900999.
QU4TRE2018-WEB-MarkoLiver-IMG_570800397.
QU4TRE2018-WEB-MarkoLiver-IMG_570600395.
QU4TRE2018-WEB-MarkoLiver-IMG_569700386.
QU4TRE2018-WEB-MarkoLiver-IMG_569800387.
QU4TRE2018-WEB-MarkoLiver-IMG_569900388.
QU4TRE2018-WEB-MarkoLiver-IMG_570300392.
QU4TRE2018-WEB-MarkoLiver-IMG_570000389.
QU4TRE2018-WEB-MarkoLiver-IMG_569200381.
QU4TRE2018-WEB-MarkoLiver-IMG_569600385.
P1150015
P1150037
L1050203
L1050207
L1050200
L1050190
P1150032
P1150012
P1150023
P1150007
P1150010
L1050220_edited
L1050221_edited
L1050222
L1050211
P1150022

ROBERTO TAGLE est né à Mexico en 1983.

Dès l’adolescence, il apprend la sculpture en autodidacte. Parallèlement à ses études d’ingénieur de systèmes à l’Université Nationale Autonome de Mexico, il développe des techniques de sculptures mêlant plusieurs matériaux: fil, papier, bois, argile, céramique, tissus, métaux. Des objets recyclés aux provenances diverses, glanés au fil de ses balades urbaines et de ses rencontres alimentent ses oeuvres. Cette notion de recyclage et de conscience écologique a été importante dès le début de son travail. Avec l’idée que si l’Homme a une grande capacité destructrice, il peut aussi créer. Créer à partir de ce qui est jeté, redonner forme et vie à ce qui a été mis au rebut...les déchets sont un terrain fertile pour l'expérimentation artistique.

En 2003, il gagne le concours national de Allebrijes avec une sculpture en papier mâché de 2m40, qui fut exposée au Paseo de la Reforma de Mexico. En 2004, il enseigne la sculpture à l’Université de Veracruz. Entre 2005 et 2010, Il a travaillé dans des ateliers et participé à des expositions dans divers pays d’Amérique latine : Cuba, Belize et Guatemala.

Il s’installe à Paris en 2011. Depuis, 2011 il a exposé en Europe dans plusieurs galeries : Ponchettes à Nice, la Galerie Bouillon d'art à Bordeaux et la gallery Pangolin à Londres. En 2016, le 104 à Paris lui commande une scuplture monumentale basée sur le recyclage en fil de fer, papier, et tissus. Résident à la Traverse entre 20016 et 2017, il participe pour la première fois aux portes ouvertes du 4 à Argenteuil. Aujourd’hui, il travaille à l’atelier: Le Ventre de la Baleine à Pré de Saint Gervais et est représentée par la Galerie Les Ponchettes.

Atelier/Residence